Cet espace et ce lieu sont dédiés à l’imagination, celle qui fait que le droit pourrait être autre chose qu’un ensemble de règles dont la teneur, l’application et leur articulation font les choux gras des juristes (et le pain sec de ceux qui ne le sont pas). Il faut imaginer que ce qui se passe et qui ne semble avoir aucun rapport avec la fabrication du droit ou son application en a pourtant un, de rapport. Il faut imaginer par exemple que ce qui se passe lors d’une simple réunion pédagogique à l’Université, entre non juristes, fait aussi le grain de notre droit. Idem concernant la manière dont les différents acteurs se répondent sur la question du statut d’une œuvre d’art au château de Versailles. C’est pourtant l’évidence, mais il faut un peu d’imagination pour le voir. Tout ce que l’homme peut imaginer renseigne sur le droit. »

Bonne balade

Lauréline Fontaine